Allergie au pollen : quels sont les symptômes ?

L’allergie au pollen est l’une des formes d’allergie les plus fréquentes. Il s’agit d’une réaction du système immunitaire face aux protéines présentes dans un ou dans plusieurs types de pollen. En effet, après inspiration ou après contact direct avec le pollen, l’organisme libère de l’histamine qui peut causer divers symptômes. Lesquels ?

La rhinite allergique et la conjonctivite

Dans la majorité des cas, l’allergie au pollen se présente sous la forme de rhinite allergique. Celle-ci est caractérisée par un écoulement nasal, une série d’éternuement ainsi qu’une sensation de nez bouché et de gorge qui gratte. La personne souffrant de l’allergie peut aussi ressentir des démangeaisons dans l’oreille et même avoir une respiration nasale difficile. Dans certains cas, le mucus qui est accumulé dans les sinus paranasaux peut éventuellement provoquer une sensation de pression au niveau de cette zone. C’est la raison pour laquelle l’allergie au pollen peut causer des douleurs dans la mâchoire ainsi que des maux de tête. Par ailleurs, la rhinite occasionnée par l’allergie au pollen est souvent accompagnée de conjonctivite qui est une inflammation de la membrane conjonctivite de l’œil. Ce problème se caractérise par des yeux rouges et larmoyants accompagnés de démangeaison.

Une difficulté respiratoire

Une allergie au pollen peut aussi se reconnaître à travers une toux irritative. D’ailleurs, il faut savoir que si un individu est souvent sujet à une allergie pollinique pendant une longue période et que cela n’est pas traitée correctement, les symptômes peuvent s’aggraver et développer un asthme allergique. Ce dernier se manifeste par la présence de toux et de sifflements bronchiques.

Qu’est-ce qui déclenchent les allergies au pollen ?

À titre d’information, trois groupes de plantes peuvent déclencher l’allergie pollinique. Il y a, tout d’abord, les arbres: le noisetier, l’aulne, le frêne, le charme, le bouleau et le chêne. Les graminées sont aussi des plantes qui provoquent souvent de l’allergie au pollen. On compte la fléole des prés, le dactyle aggloméré et le raygrass anglais. Les herbes comme l’armoise, l’ambroisie et le plantain sont aussi des facteurs d’allergies. Ces pollens se distinguent en deux grands types. Il y a les pollens anémophiles qui ont un grand pouvoir allergisant. Ce sont, d’ailleurs, les principaux responsables des réactions allergiques. Ils sont dispersés par le vent sur des dizaines et des centaines de kilomètres. À part cela, il y a les pollens entomophiles qui sont transportés de fleur en fleur par les insectes. Ils génèrent les allergies de proximité, par exemple, pendant le moment où l’individu coupe les fleurs.

Mal de dos : est-ce mécanique ou inflammatoire ?
Choc anaphylactique comment réagir ?