Choc anaphylactique comment réagir ?

Le choc anaphylactique résulte d’une réaction allergique grave qui peut être fatale pour le patient. Il peut subvenir après consommation d’un aliment allergène ou d’une piqûre d’insecte. Afin de le prévenir et de prendre à temps les mesures nécessaires, il est important de savoir reconnaître les symptômes.

Quels sont les symptômes d’un choc anaphylactique ?

Le choc anaphylactique est souvent caractérisé par des nausées ou vomissements. Le patient ressent également des démangeaisons voire des urticaires à différentes parties du corps. Par la suite, l’individu n’arrive plus à respirer normalement. Dans certaines situations, des troubles cardiaques apparaissent avec des palpitations ou une chute brusque de la tension artérielle. Au cas où la crise s’accompagne de convulsion, la personne sera exposée à un danger surtout s’il est seul.

Alertez immédiatement les secours

Un choc anaphylactique n’est jamais une bonne chose, car le patient peut perdre conscience à tout instant. Dans certains cas, lorsque la réaction allergique est très violente, il peut y avoir un arrêt cardiaque. Par conséquent, il faut intervenir immédiatement afin d’éviter des accidents graves. Il est conseillé de contacter directement le SAMU ou les pompiers tout en confirmant le caractère urgent de votre demande. En attendant, il est préférable de faire une injection d’adrénaline ou d’épinéphrine. L’effet sera constaté en moins de 5 minutes. Par la suite, si jamais la situation ne s’améliore pas, vous pouvez faire une autre injection après un quart d’heure. Peu importe l’issue de l’injection, il faut toujours ramener d’urgence le patient à l’hôpital.

Vous avez suivi une formation de premier secours

Il s’agit d’un avantage, car vous pouvez sauver la personne sans perdre de temps. Le premier réflexe serait de le rassurer pour qu’il ne s’affole pas. Cela risquerait d’aggraver davantage la situation. Par la suite, vous devez mettre la personne en position latérale de sécurité ou PLS tout en libérant ses voies aériennes. Vous devez toujours être à ses côtés jusqu’à l’arrivée des secours. Si jamais, vous constatez un arrêt respiratoire, appliquez-vous immédiatement pour ne pas perdre le malade. Il va falloir le réanimer. Pour cela, commencez par deux insufflations suivies d’une seule insufflation toutes les 10 secondes. Répétez le geste jusqu’à ce que la personne arrive à respirer de nouveau ou en attendant l’arrivée des secours. Selon la gravité de l’arrêt respiratoire, n’hésitez pas de faire une série de 30 compressions. Il est à préciser que ces gestes ne doivent jamais être effectué que si vous avez suivi des formations de premier secours.

Mal de dos : est-ce mécanique ou inflammatoire ?
Allergie au pollen : quels sont les symptômes ?