Plateforme santé, qu’est-ce que c’est ?

Plateforme santé

La Plateforme des données de santé (PDS), aussi nommée « Health Data Hub » (HDH), a vu le jour par arrêté du 29 novembre 2019. En effet, elle simplifie le partage des données de santé provenant de sources très diversifiées. Et ce, pour aider dans la recherche. Son élaboration a donc comme finalité de se mesurer à l’utilisation des traitements algorithmiques (dits d’« intelligence artificielle ») dans le secteur de la santé. Elle respecte les recommandations du rapport du député Cédric, sorti en mars 2018. Celui-ci parle de la valorisation de l’intelligence artificielle pour une stratégie tant au niveau national qu’européen.

Ses tâches

Les tâches de la Plateforme Santé, régies par l’article L. 1462-1 du Code de la santé publique, sont diversifiées. Elles comprennent plusieurs points. Premièrement, la plateforme participe au dressage des référentiels de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL). Deuxièmement, elle vise à rassembler, organiser et partager les données. Celles-ci proviennent particulièrement du système national des données de santé. Troisièmement, la PDS permet de renseigner les patients, encourager et simplifier l’exercice de leurs droits.

Quatrièmement, elle participe à l’émission des normes de standardisation pour le troc et l’utilisation des données de santé. Cinquièmement, la plateforme simplifie le partage des jeux de données de santé montrant un risque minimal d’effet sur la vie privée. Enfin, la PDS soutient, particulièrement sur le plan financier, les porteurs de projets choisis dans le cadre d’appels à projets démarrés à son initiative. Y compris, les créateurs de données liées aux projets validés. Allez sur www.abilis.ch pour trouver plus d’informations ! Ces plateformes pourrait par exemple permettre soigner certains soucis de santé comme le mal de dos sans vous déplacer chez le médecin, ou bien vous diagnostiquer et mieux prendre en charge d’autres maladies comme la cystite.

Les mises « Informatiques et Libertés » de la Plateforme

La CNIL a eu de nombreuses opportunités de s’affirmer sur l’élaboration de la Plateforme Santé. En effet, la création de la plateforme, précisément la nature des données traitées et leur volume requièrent des mises « Informatiques et Libertés ». La commission a suscité l’intérêt dans son opinion sur le projet de loi d’organisation et de modification du système de santé du 31 janvier 2019. Le projet présente la création de la Plateforme. La CNIL parle de l’importante conformité aux principes de limitation et de minimisation des données par ces récents traitements de recherche.

Ceux-ci affichent un caractère très sensible dans le domaine du développement des techniques d’intelligence artificielle en santé. La commission évoque l’importance spécifique d’un grand niveau de garantie des droits des personnes. Et ce, plus particulièrement de l’impeccable information de celles-ci sur l’utilisation de leurs données personnelles. Respectant les observations de la CNIL, les tâches de la plateforme ont été remplies par une tâche complémentaire d’information des patients. Sans oublier la simplification et la promotion de leurs droits…

Conseils sur la constitution d’un entrepôt de données

La CNIL a constaté que la centralisation des données au niveau de la Plateforme des données de santé a besoin de modifications. Avec l’état d’urgence sanitaire actuel, cette décision nécessite l’élaboration d’un entrepôt de données de santé. Et ce, dans le but de leur dispatching auprès d’autres garants de traitements. La commission a rappelé quelques points.

D’abord, la mise en marche de la Plateforme en dehors du cadre de l’état d’urgence sanitaire sera déterminée par décret SNDS changé. Notez que SNDS veut dire Système National des Données de Santé. Puis, l’élaboration de la base n’est délimitée par l’arrêté du 21 avril 2020 que durant l’état d’urgence sanitaire. Celui-ci a été déclaré le 23 mars 2020. Cette base adhère dans un contexte spécifique d’urgence et de gestion d’une crise sanitaire en cours. Pour découvrir d’autres données sur la santé en ligne, jetez un œil sur Abilis.ch.

Des plateformes numériques pour accompagner le parcours du patient

plateformes numériques

Les plateformes de santé numérique sont conçues spécifiquement pour aider les patients à se connecter avec les médecins afin qu’ils puissent accéder plus facilement et plus rapidement aux informations et aux services selon des modèles de soins innovants et durables.

Par exemple, les plateformes de télémédecine œuvrent pour la numérisation complète du parcours du patient, en modernisant les services et les processus qui impliquent tous les opérateurs du monde de la santé afin d’améliorer de plus en plus le résultat global des thérapies et la performance des professionnels.

En fait, une plateforme représente le lieu virtuel où les médecins, les patients et les soignants peuvent trouver un soutien en toute sécurité pour retracer l’ensemble du parcours du patient, en raccourcissant les distances, en réduisant les délais, en privilégiant les aspects de gestion. Le tout en conformité avec les réglementations européennes les plus strictes en matière de confidentialité et de sécurité des données.

Une plateforme est aux côtés des médecins au quotidien et leur offre la possibilité de suivre leurs patients même à distance et d’établir un dialogue à distance avec eux. De plus, cela aide le professionnel à personnaliser les thérapies et à s’orienter rapidement vers des examens et des traitements spécialisés qui auront également lieu par le biais de visites vidéo. La plateforme permet une gestion agile et efficace de son activité clinique et de profiter de programmes de formation pour favoriser l’implication numérique du médecin.

Chatbot et Intelligence Artificielle améliorent le travail des médecins

Les chatbots et l’intelligence artificielle peuvent apporter une contribution énorme au médecin en simplifiant la relation avec le patient, notamment dans l’analyse prédictive de l’état de santé.

Un chatbot santé est en effet une machine capable de collecter avec précision des données et informations sur les symptômes avec la capacité intellectuelle d’un être humain, et d’optimiser et d’enrichir le processus de diagnostic en aidant le médecin à orienter le problème.

Applications de l’IA en médecine : les chatbots

L’intégration de l’intelligence artificielle (IA) dans le secteur médical a complètement redéfini les méthodes et le calendrier des soins de santé. Il est désormais possible d’exploiter des techniques logicielles et des architectures informatiques qui, combinées entre elles, permettent d’effectuer des tâches avec des performances comparables (parfois supérieures) à l’expérience de l’intelligence humaine.

L’une des applications d’IA qui pourraient avoir un impact significatif dans la relation médecin-patient sont les chatbots, des robots équipés d’intelligence artificielle programmés pour interagir avec l’utilisateur humain qui leur parle virtuellement sous forme écrite ou verbale, via des ordinateurs, une tablette ou téléphone intelligent.

En médecine, ils peuvent être utilisés de différentes manières comme, par exemple, pour effectuer des tâches répétitives telles que la prise de rendez – vous, la vérification de l’identité des patients, la collecte de symptômes et bien d’autres.

Chatbot : un allié précieux pour le médecin

Les chatbots, étant programmés pour communiquer et répondre à différents besoins de santé, tels que le contrôle des symptômes, prendre rendez-vous, répondre aux questions et même intervenir pour une consultation directe via une visite vidéo, représentent l’intermédiaire idéal entre médecin et patient.

En effet, l’utilisation d’un chatbot dans le domaine médical offre de nombreux avantages :

  • il permet de  gérer de nombreuses demandes en même temps , de rationaliser les processus administratifs et de  trier les activités répétitives  telles que les demandes d’informations ;
  • répond au besoin de  disponibilité et de rapidité  dont les patients ont besoin en proposant  des solutions immédiates pour des problèmes de santé moins graves ;
  • propose un  triage préventif du patient , recueillant des données sur les symptômes pour les rendre ensuite disponibles pour évaluation par le médecin ;
  • vous permet de  connaître à l’avance le motif de la demande de contact du patient  et, en fonction des réponses traitées, de mieux organiser votre activité ;
  • il réduit les temps de consultation et élimine même  les visites inutiles , allégeant les charges quotidiennes du médecin qui peut se concentrer sur d’autres opérations.
  • il trouve les médecins de garde disponible autour de vous.

 

Comment stimuler sa mémoire avec des méthodes naturelles?
Médecin de garde : comment trouver autour de moi ?